KACOU 42 : L'HISTOIRE CONFIRME LA RÉVÉLATION

(Prêché le dimanche 21 Mars 2004 à Locodjro, Abidjan – Côte d’Ivoire)

1 Je désire d'abord parler un peu de Genèse 4:15-16. Prenons donc nos Bibles. [Ndr : Frère Philippe lit Genèse 4:9 à 16]. Bien ! Je voudrais insister sur les versets 15 et 16. Nous voyons là l'un des tous premiers tribunaux de l'humanité. Caïn fut jugé et condamné à l'exécution mais, fit appel. A l'instance suprême, il fut condamné à être marqué par un esprit. Et selon le verset 16, il sortit de la présence de Dieu. Pourquoi? Parce que c'était sous la grâce. D'abord c'était la loi: « Ne faites pas ceci, ne mangez pas cela... » et quand Adam et Ève ont failli et que Dieu les frappa et les chassa dans sa colère, un jour Dieu descendit dans le jardin, et Il se souvint d'eux et changea cette loi en grâce et même alla vers eux comme Il le fit en Jésus vers nous pour nos péchés.

2 Un signe ou un sceau dans la Bible signifie dans ce sens un esprit. Dieu mit un esprit mauvais sur Caïn. Dès cet instant, quand Caïn dormait, il voyait en songe qu'il se bagarrait, tuait et blessait les gens à sang. Car le signe qui avait été mis sur lui est un esprit de meurtre et il devait en chercher la délivrance pour qu'il n'aille pas en enfer. S'il est délivré de cet esprit, au jugement dernier, ce crime ne lui sera pas imputé. Mais aussi, s'il n'est pas délivré, dès que Dieu le verra venir, Il verra ce signe sur lui et Il saura que c'est l'assassin d'Abel. Et jusqu'à sa mort, Caïn ne cessera jamais de voir en songe ces choses. C'est l'enfer qui crie contre lui.

3 Et après cela, un jour, il se masturba et versa sa semence par terre comme Onan dans Genèse 38, la terre cria à Dieu pour une malédiction sans cause sur elle et Dieu mit un autre signe sur Caïn. Alors, dans des songes, il se souillait et il lui arrivait de se réveiller souillé par sa semence. Pourquoi? Dieu avait mis sur lui un esprit qui fit que sa semence versait sur lui-même pour le souiller. La malédiction qu'il jetait sur la terre tombait sur lui-même et sur tout ce qui était à lui et sur tout ce à quoi il mettait sa main. Chaque péché mettait un signe sur Caïn. Puis, il avait couché avec une femme qu’il n’avait pas dotée et maintenant, il couchait avec des femmes en rêve, il mangeait en rêve, il s'envolait en rêve, il était poursuivi en rêve... Qu'est-ce que c'est? Sous la loi, il méritait la mort mais sous la grâce, Dieu mettait des signes qui sont des esprits mauvais sur lui et lui donnait l'occasion d’être délivré avant sa mort et avoir la Vie éternelle à travers un prophète messager qu’Il enverrait sur la terre. Or, de la même manière que Dieu a traité au départ, c'est ainsi qu'Il traitera avec nous. Amen !

4 Je voudrais maintenant aborder le sujet qui se rapporte à la comparaison entre les bibles Darby, Ostervald, David Martin et Louis Segond. De la même manière que l'Église a une histoire, c'est ainsi que la Bible aussi a eu une histoire. J'ai parcouru quelques livres d’histoire. Et je n'ai rien à rectifier de tout ce que j'ai prêché jusqu'à ce jour. L'histoire confirme la véritable Parole de Dieu. J'ai vu comme Eusèbe, Polycarpe, Cyprien, Martin Luther, Jean Calvin, John Wesley et tous les autres.

5 Mais je ne dis pas que c'est sur telles choses ou telles erreurs que King James ou Louis Segond est du diable mais sur la base de la révélation que j’ai reçue le 24 avril 1993. Et porter ces bibles c’est choisir d’aller en enfer. Selon Matthieu 16 :18-19, le Seigneur Jésus-Christ a promis de bâtir son Église sur la révélation spirituelle. C'est ce qui importe pour nous. Brûler la bible Louis Segond n'est rien par rapport à ce que nos ancêtres ont éprouvé à l'avènement du christianisme. Ils avaient des fétiches puissants qui leur donnaient des enfants, des bénédictions de toutes sortes, des génies « bienfaiteurs »... Et du coup, quelqu'un apparaît pour leur dire que tout cela est mauvais et qu'ils doivent brûler ces fétiches. C'était dur, plus dur pour des gens qui ne savent pas lire…  mais ces pauvres illettrés ont brûlé ces fétiches. Et au  jugement, je vous dis que ces âmes viendront au jugement et condamneront ces catholiques, protestants, évangéliques et branhamistes aujourd’hui.

6 Et aujourd’hui, alors que vous savez lire, vous avez élevé des statues de Pierre, de Paul,  Marie, Jésus dans vos églises. Et on vous demande de briser cela alors que vous savez lire. Et vous dites : « Non nous ne pouvons pas faire cela. Ce sont des statues de Pierre, de Paul… ». Mais, que faites-vous de la bible entre vos mains maintenant ? Dieu vous condamnera. Des illettrés se lèveront au jugement pour vous condamner. Vous fils du diable catholiques, vous fils du diable protestants, évangéliques, branhamistes. Vous fils du diable, l’enfer vous est réservé. Et vous dites : « Non, nous ne pouvons pas briser cela. Ce sont des statues de Pierre, l'homme à qui Jésus a remis les clés et là ce sont des statues de Jésus lui-même, c'est l'évêque lui-même qui les a apportées l'an passé. ». Mais, des insignifiants comme nous, disaient à vos pères de briser ces statues car Satan se tenait derrière. Ceux qui sont de Dieu obéissaient. Vous voyez? Satan derrière des choses saintes? Derrière une statue de Jésus Lui-même? Même derrière une bible? C'est ce que l'homme ne comprend pas...

7 Maintenant, je voudrais dire des choses qui pourront scandaliser certains: Sachez que si au temps de William Branham quelqu’un vient baptiser par aspersion, qu’il s’appelle Martin Luther ou John Wesley, c’est un faux prophète! Et aujourd’hui alors que l’Église est à minuit, et en vertu de la révélation de l’heure, si quelqu’un vient prêcher, se servant de deux ou plusieurs versions de la Bible, c’est un faux prophète, un menteur même s’il s’appelle Martin Luther, John Wesley ou William Branham. Vous voyez ? C’est un menteur car là où telle version lui donne tort, telle autre version lui donne raison. [Ndr : L’assemblée dit: Amen!] . 

8 Mais comment la Bible a été transmise jusqu'à ce jour, c'est de cela que je désire maintenant parler. D'abord, les livres de l'Ancien Testament ont été écrits en Hébreu mais Daniel 2:4 à Daniel 7:28 a été écrit en Araméen, langue officielle d'Orient depuis le VIIIème siècle avant Jésus-Christ, tandis que le Nouveau Testament est en grec ancien.

9 Maintenant remarquez ceci: après la couverture de la version Darby, il est écrit: « Traduit d'après les textes originaux hébreu et grec » et après la couverture de Louis Segond, il est aussi écrit : « traduit d'après les textes originaux hébreu et grec », or ce n’est pas le même texte original. La traduction de la quasi-totalité des bibles que nous voyons vient du « textus receptus » c’est-à-dire texte reçu, une transposition latine d’Erasme de Rotterdam des textes originaux-maîtres avec une harmonisation à cause des lectures publiques. C'est-à-dire qu’il prend Ézéchiel 1:1 et il le traduit mot à mot de la manière suivante: « Au milieu de - et moi - du mois - le cinq - le quatrième - année - dans la trentième - et il advint - d’Elohim - des visions - et je vis - les Cieux - furent ouverts - Kebar - le fleuve - sur - de la déportation ».

10 Ce qui prête à confusion est que, ce texte est aussi appelé: « texte original » or c'est déjà traduit en latin, français, anglais... Et c'est ce texte qui a servi à la traduction de plusieurs versions, ce texte a servi à la traduction de William Tyndall, ce texte a servi à la traduction de King James, à la traduction du docteur en théologie Jean Frédéric Ostervald, à la traduction du réformateur Martin Luther au 16ème siècle. Ce sont des révisions de traduction. Je n'ai rien contre une fidèle traduction d'une langue à une autre, mais c’est une révision de traduction. Amen ! J'ai appris que l'un des cinquante-quatre traducteurs de King James était si fort dans les langues que s'il était là à la tour de Babel, au temps où Dieu confondit les langues, il allait être interprète. Vous voyez ?

11 Mais d'entre ces traducteurs, comme John Nelson Darby, William Tyndall ce digne fils de Dieu a marqué son époque, il avait une mission plus noble que celle de traduire la Bible. Comme Darby, il parlait hébreu, grec, latin, anglais, italien, espagnol et français, si bien que chacune de ces langues aurait pu être sa langue maternelle. Son malheur, c'est d'avoir rencontré Erasme de Rotterdam, l'auteur du Textus Receptus. William Tyndall a dit en 1522 à Cambridge : « Je défie le pape et toutes ses lois, si Dieu me prête longue vie, je ferai qu'en Angleterre le garçon qui pousse la charrue connaisse l'Ecriture mieux que le pape lui-même. ». William Tyndall fut emprisonné puis brûlé vif le 06 octobre 1536 et au moment où les flammes l'enveloppaient, il éleva cette prière: « Oh Seigneur, ouvre les yeux du roi d'Angleterre... ». Amen !

12 En vue des lectures publiques, le « Textus Receptus » a été soigneusement harmonisé. Ainsi, il y a eu ajout d'une multitude de versets dans l’Ancien et dans le Nouveau Testament. Par exemple, il y a eu ajout d'un verset 14 à Matthieu 23 en vue d'harmoniser ce texte avec celui de Marc 12:40. Ajout de: « Il te serait dur de regimber contre les aiguillons. Alors, tout tremblant et effrayé, il dit: Seigneur, que veux-tu que je fasse? Et le Seigneur lui dit », cela a été ajouté  à Actes 9:5 et 6 en vue d’harmoniser le texte de Actes 9 avec celui de Actes 26:14. Il y a eu par exemple ajout de: « dont le prophète Daniel a parlé », cela a été ajouté à Marc 13:14 en vue d’harmoniser ce texte de Marc avec celui de Matthieu 24:15. Il y a eu ajout de: « Notre Père qui est aux Cieux » et de: « ta volonté soit faite sur la terre comme au Ciel » et de: « mais délivre-nous du malin », tout cela a été ajouté à Luc 11:2-4 en vue d’harmoniser ce texte avec celui de Matthieu 6:9-13]. Ajout d'un verset 37 à Actes 8 en vue d'harmoniser ce texte avec Actes 16 et surtout pour les lectures publiques.

13 Aussi, il y a eu ajout de: « qui marchent, non selon la chair, mais selon l’Esprit », cela a été ajouté à Romains 8:1 ce qui place l'effort de l'homme au-dessus de la grâce de Dieu. Vous voyez ? Il y a eu ajout de: « …dans le Ciel, le Père, la Parole, et le Saint-Esprit, et ces trois sont Un. Et il y en a aussi trois qui rendent témoignage sur la terre », cela a été ajouté à 1 Jean 5:7. Ceci est non seulement faux mais aussi la présence de ces témoins pour le Ciel est une confusion car à qui témoignent-ils dans le Ciel et dans quel but? Vous voyez?  Il y a eu ajout de: « …contre eux. Je vous dis en vérité, que le sort de Sodome et Gomorrhe sera plus supportable au jour du jugement, que celui de cette ville-là » cela a été ajouté à Marc 6:11 en vue d’harmoniser ce texte de Marc avec celui de Matthieu 10:15. Et donc tous les traducteurs de la bible qui se sont inspirés de ce fameux manuscrit ont recopié la plupart de ces ajouts selon qu'ils l'ignorent ou qu'ils le trouvent normal.

14 Ainsi, dès la fondation de l'Église, il n'y eut pas de textes réunis en un seul livre comme on voit cela jusqu'au troisième siècle, le canon de Muratori et en 382, le prédicateur Jérôme commença la traduction de la Vulgate. Il avait passé dix-neuf ans à Bethléhem et parlait parfaitement hébreu et grec. Ce ne fut pas la version inspirée de Dieu comme Darby mais Dieu tolérait cela et c'est la Bible qui servit à la traduction de dizaines d'autres pendant plus de dix siècles. Lefèvre d'Etaples la traduisit en français, John Wyclif la traduisit en anglais... Mais des mots hébreux et grecs étaient remplacés par leurs synonymes ou leurs équivalents. Ainsi, on a mis « pénitence » à la place de « repentir ». Par exemple, si vous volez, vous devez faire pénitence! Vous devez vous mettre à genoux sur du gravier sous un soleil ardent avec une brique de vingt kilogrammes sur la tête et alors Dieu vous pardonnera.

15 Puis en second lieu, au 16ème siècle, à la demande des Vaudois, le prédicateur Robert Olivetan, cousin de Jean Calvin, traduisit sur les originaux une meilleure version de la Vulgate, version qui fut éditée en 1535 et qui servit de support à la bible de Genève, d'Ostervald et à la synodale... Cette version demeura la plus fidèle aux textes originaux-maîtres jusqu'à celle de l'avocat John Nelson Darby en 1859.

16 Et l'édition de Olivetan fut préfacée par Jean Calvin en ces termes et cela me marqua beaucoup… Je vais lire cela: « À tous empereurs, rois, princes,  peuples de la terre de Dieu... Cette œuvre sacrée n'a pas une origine récente. Aussi ne nous semble-t-il pas qu'elle ait besoin de l'approbation des hommes. De même, nos adversaires murmureront et s'indigneront. Qu'est-ce à dire, sinon qu'ils reprochent à Dieu d'avoir permis ce Bien? Oh! S'ils avaient vécu au temps où Philippe avait quatre filles vierges qui prophétisaient, comme ils auraient eu de la peine à les supporter! ...

17 Mais s'ils rencontrent de ces endroits,  je les invite à ne pas attaquer et à ne pas incriminer un savant qui a bien mérité des études sacrées. Quant à ceux dont aucune considération ne saurait contenir la plume ou la langue, je les prie de se souvenir qu'il est très facile de faire assaut de médisances, et que, sous ce rapport, les commères des carrefours elles-mêmes l'emporteront toujours sur les plus habiles rhéteurs... Qu'ils sachent qu'ils ont affaire à un homme que l'on peut attaquer impunément, sans craindre la réciprocité d'un langage sans retenue, mais qu'ils n'attendent pas grande gloire de leur éloquence venimeuse.

18 Mais toi, ô noble petite Église méprisée, va laver tes mains toutes sales d'avoir fait l'œuvre servile d'iniquité! Va nettoyer tes yeux tout chassieux de superstition! Reçois cette Parole, promesse et Testament... où tu pourras voir la volonté de Christ, le tien Époux et prend congé de tes maîtres et de cette marâtre que tu as si longtemps appelée mère. Ce bien est le tien! La bonne coutume a obtenu de toute ancienneté qu'il en soit ainsi et ceux qui te le donnent se tiendront pour avoir fait un grand gain. Toutefois, il demeure entièrement à Celui qui te le donne ». Ceci est la préface que Jean Calvin écrivit pour la bible Olivetan. Amen !

19 Les trois versions sont des traductions traditionnelles c’est-à-dire littérales or, presque toutes les autres versions de la bible sont des traductions modernes dites « classiques ».

20 Les versions traditionnelles cherchent à montrer ce que l'original a dit et même comment l’original a dit tandis que les versions classiques ou modernes cherchent à montrer ce que l'original a voulu dire avec les découvertes théologiques, linguistiques, archéologiques et scientifiques.

21 C'est une pure interprétation car le souci de la compréhension est à Dieu. Pourquoi Dieu n'a-t-Il pas utilisé une langue plus simple ? L'hébreu n'ayant pas de voyelle. Doit-on abaisser la Bible au niveau de l'homme ou élever l'homme au niveau de la Bible? Or on ne peut pas adapter le sacré sachant que l'homme dans sa culture, son langage... ne cesse d'évoluer et de se pervertir. Vous voyez que nous tendons vers une traduction pour l'homme de la rue. J'entends dire que Jésus portait un tergal blanc avec couture cachée. Car c'est l'équivalent des manteaux, tuniques, longues robes ou boubous d'Orient.

22 Il faut dire ce que l'original a dit, avec les mots et comment il a dit. Je préfère l'expression sacrée de Dieu que j'ai du mal à comprendre. Et ceux qui n'ont aucune notion du sacré ou qui ne sont pas nés et n'ont pas grandi à côté du sacré doivent rester tranquilles...

23 On peut remplacer les parchemins, les rouleaux, les peaux et omoplates de mouton mais on doit laisser le texte tel qu’il est. Si la Bible doit être comprise directement, Philippe devrait en conseiller une autre version à l'eunuque éthiopien. Dans la traduction traditionnelle, le vocabulaire comporte des mots dont le sens a évolué et un style très éloigné de celui d'aujourd'hui. Les mots ne doivent pas être remplacés par leurs équivalents or la traduction classique est une adaptation, une évolution du sacré. Ce qui est une œuvre du diable. Par exemple, Éphésiens 1:3-14 est une phrase dans l'original grec et il faut la traduire telle qu'elle est. Si le sacré doit évoluer, un jour, il ne sera plus sacré. Que les mots évolués ou vieillis soient en note de pied de page. 

24 Et nous voyons que les gens approuvent telle version dans telle langue et telle autre version dans telle partie du monde or ces versions se contredisent. Par exemple, la version Louis Segond est utilisée par les églises protestantes et évangéliques dans les pays de langue française. La version King James est utilisée dans les églises protestantes et évangéliques dans les pays de langue anglaise. Ainsi de suite. Dans certains pays c'est Ostervald, dans d'autres pays c'est David Martin... Si Dieu approuve cela alors Il doit faire de même pour les églises! Vous voyez?…

25 Et pour terminer, je voudrais dire quelque chose: depuis le début de ce Message, parlant des versions de la Bible, j'ai voulu dire une seule chose, un secret pour nous qui croyons ce Message: pour notre temps la Bible John Nelson Darby n'est pas une version de la Bible mais la Bible elle-même et c'est un secret. Mais, retenez que vous pouvez posséder Darby et aller en enfer car ce qui sauve c’est le Message du prophète vivant de votre temps.

26 [Ndr : Frère Philippe prie pendant que l'assemblée chante.]. Oh! Dieu envoie-nous toujours des prophètes! Je ne suis pas le premier et je ne serai pas le dernier mais quand Tu enverras un prophète après moi, donne à nos enfants de le reconnaître car la plus grande bénédiction sur la terre, c'est le prophète vivant... De même que, en son temps, les élus ont reconnu Moïse, de même que, en son temps, les élus ont reconnu Jérémie, de même que, en son temps les élus ont reconnu les prophètes, de même que lorsque Tu étais sur la terre, les élus T’ont reconnu, de même que, aujourd’hui, les élus vivant dans ce temps m’ont reconnu, fais en sorte que, après moi, lorsque Tu enverras des prophètes sur la terre, nos enfants puissent les reconnaître. C’est ma prière Seigneur. Accorde-nous cela Seigneur ! Merci Seigneur Jésus-Christ. Amen !